Histoire tragique des enfants juifs dans les Landes 4/

lundi 23 juillet 2012
par  gabardan
popularité : 18%

Mais prenez donc les enfants !

L’incroyable partie de ping-pong dont l’enjeu est la vie des enfants va se poursuivre entre le préfet et les allemands.

Dès le 17 juillet le préfet GAZAGNE s’empresse d’adresser une note au préfet de région par laquelle il l’informe du refus des allemands de prendre les enfants et signale la situation de la petite Monique CIOLEK 3 ans, dont la mère a été arrêtée … pour avoir tenté de franchir la ligne de démarcation… (ADL) et il ajoute : je vous serais obligé en la circonstance, de bien vouloir me faire connaître si une intervention auprès des autorités allemandes doit être tentée en vue de permettre à ce bébé de rejoindre sa mère au camp de concentration (sic) ! ((Archives des Landes) (285 W 73).)).

Le 30 juillet il renouvelle sa demande au préfet de région et faisant à nouveau état du refus allemand de prendre les enfants il insiste … afin de pouvoir mettre définitivement au point cette question avec les autorités occupantes… me faire parvenir dès que possible des instructions précises concernant les enfants juifs. (Archives des Landes) (285 W 73).)

Enfin le 7 août, suite aux arrestations survenues ce jour là, avec sans doute le feu vert de son supérieur, il adresse un courrier directement au chef de la Kommandantur de Mont-de-Marsan. Nous n’avons pas trouvé trace de ce document, et ce n’est sans doute pas le fait du hasard, mais la réponse du Ct RUMELIN est sans équivoque. Nous la reproduisons ci-après :

KREISKOMMANDANTUR 657 Mont de Marsan le 11 août 1942
Abt. Ie AZ.6 TGB 2352/42

Objet : Mesures contre les juifs

Suite à votre lettre du 7.8.19421

Après mon entretien avec le Service allemand de la Police de DAX relatif à la question ci-dessus, il a été décidé que désormais les familles juives seront autorisées à amener les enfants (par exemple pour être mises en camp de concentration).

A cette occasion, je dois faire remarquer que si un convoi ne comprenant que des femmes juives est parti aujourd’hui vers MERIGNAC et si demain un autre doit partir d’hommes seulement, cette séparation a dû être consentie parce que le groupement n’était pas en mesure de mettre en route, en même temps, les camions nécessaires. (ADL 283 W 73)

Comme on peut le constater ce courrier porte manuscrite la griffe du préfet « Vu G » et l’annotation : Dossier signaler à ttes fins à Bx et à Paris suite à nos rapports.

M. René GAZAGNE préfet des Landes avait enfin obtenu gain de cause et tenait à le faire savoir à ses supérieurs, à toutes fins… La partie de ping-pong était terminée et la voie dégagée pour que les enfants partent vers les chambres à gaz d’Auschwitz.

À SUIVRE lors de la prochaine mise à jour


Brèves

21 juillet 2012 - lutter contre l’oubli

La rafle du Vél’d’Hiv commémorée le lundi 16 juillet 2012 est ignorée de 42% des français. Le 70e (...)