Arlette Farhi victime de la shoah , présente sur le mémorial de Paris, présente sur celui de Yad Vashem , refusée sur celui de Mont de Marsan

mardi 2 février 2021
par  gabardan
popularité : 97%

Signons la pétition, faisons la connaître, partageons là.
https://www.change.org/MemoireEnfantsJuifsLandes

La mémoire d’Arlette Farhi est honorée à Paris sur le site mémorial de la shoah, à Jérusalem sur le mémorial Yad Vaschem à Mont de Marsan il est considéré que son nom viendrait "dénaturer la stèle mémoire"

Un document comportant le registre mémorial des victimes dacquoises de la Shoah, recommandé sur le site internet de cette ville, donne des précisions concernant la petite Arlette Farhi.(voir la page 21)
https://fr.calameo.com/read/00079276381677ae55fc8

Vous trouverez aussi l’histoire de cette famille sur le site Tenoua qui prend ses références sur le mémorial de la Shoah à Paris
https://www.tenoua.org/arlette-farhi-et-il-y-avait-les.../
Le mémorial national de la Shoah honore la mémoire d’Arlette Farhi.
http://ressources.memorialdelashoah.org/notice.php?q=noms_tous%3A%28farhi%29%20AND%20fulltext%3A%28arlette%29%20AND%20id_pers%3A%28%2A%29%20AND%20annee_naissance%3A%28%5B1930%20TO%201934%5D%29&spec_expand=1&start=0#

Vous constaterez aussi que le mémorial Yad Vashem à Jérusalem rappelle aussi la mémoire douloureuse d’Arlette.
https://yvng.yadvashem.org/index.html?language=fr&s_id=&s_lastName=farhi&s_firstName=arlette&s_place=&s_dateOfBirth=&cluster=true

Deux mémoriaux aussi reconnus internationalement ont donc sorti de l’oubli cette enfant que la nazis destinaient au néant.

Seule la ville chef-lieu des Landes refuse la présence d’Arlette Farhi sur son mur du souvenir.

Le refus formulé au motif que le nom d’Arlette viendrait « dénaturer » une œuvre artistique et mémorielle n’est pas recevable.

Les noms des ces petites victimes chargés du pire drame de l’histoire contemporaine ne peuvent être réduits à des critères artistiques.

Le simple bon sens, lorsque l’on regarde la stèle actuelle, atteste que le mémorial permettrait d’accueillir facilement les cinq noms tout en conservant sa dimension artistique et mémorielle.

Mais en dernier ressort c’est à l’art de s’adapter à l’exigence de mémoire et non l’inverse.